30 mars 2012

Directeurs des soins

Une expression unitaire pour faire connaître le positionnement des Directeurs des soins.
En effet, les textes arbitrés par le gouvernement ne sont pas à la hauteur des attentes légitimes de la profession ni même des promesses faites !
Notre position de ne pas avoir signé le protocole de juillet 2011 essentiellement en raison des manques de ce documents pour les DS et les D3S a été validée par la vie.
L'attitude gouvernementale montre s'il en était besoin, qu'il ne faut rien lâcher, que la pression doit être permanente, qu'il faut le rapport de force pour imposer des améliorations, pour se faire respecter...
Nous sommes sans réserve dans l'action unitaire dans l'intérêt des collègues, il sera important que dans l'avenir la mobilisation et l'unité soit maintenue jusqu'à satisfaction des revendications légitimes des personnels.
Nous continuerons d'oeuvrer en ce sens !




Paris, le 28 mars 2012


Directeurs des soins : quels arbitrages définitifs ?

Des projets de textes insuffisants et inférieurs aux promesses

Le Conseil supérieur de la fonction publique hospitalière du 16 mars 2012 a examiné les projets de textes statutaires et indemnitaires des directeurs des soins. Malgré certaines avancées non contestées, ces textes n’ont pas reçu d’avis favorable, parce que la carrière qui y est définie est très loin traduire toutes leurs responsabilités.
C’est l’avis unanime des syndicats de directeurs.

L’évolution du statut confirme bien toutes les responsabilités des directeurs des soins. Un engagement professionnel de plus en plus important leur est demandé, dans les établissements, les instituts de formation et en région. Mais alors, pourquoi la traduction statutaire est-elle si limitée par les arbitrages qui nous ont été transmis ?
Les directeurs des soins ont droit à une information complète.

Après les débats du conseil supérieur, les directeurs des soins, avec leurs syndicats, veulent savoir quelles évolutions sont retenues pour améliorer le statut et la gestion nationale. Quel effectif du statut d’emploi, quelle grille de rémunération pour tous, quel accès à l’échelon fonctionnel, quelle prise en compte du logement ?
La carrière des directeurs des soins mérite d’être améliorée pour tous !

Une situation qui perdure et dont les conséquences sont lourdes

Les démarches syndicales, convergentes, n’ont pas manqué, depuis deux ans, pour demander que la carrière soit alignée sur celle des directeurs adjoints des autres corps. Le gouvernement n’a pas répondu à ces demandes. Mais il a aussi décidé de ne pas respecter le protocole d’accord du 29 juillet 2011, signé de deux ministres.
C’est un choix que nous considérons comme une maltraitance.

Au fil de longues négociations, le même constat a suscité la même amertume : retards, annulations de réunions, promesses non tenues, retours en arrière ont été les messages en réponse aux ambitions et aux demandes des directeurs des soins. Ces rendez-vous manqués témoignent d’un manque de considération.
Ce mauvais traitement a provoqué la colère de notre corps professionnel.

La démographie du corps de directeurs des soins chute. La piètre reconnaissance indiciaire et indemnitaire s’ajoutera-t-elle à l’absence de renouvellement des effectifs, que le nombre de postes au concours ne permet pas ? La revalorisation, méritée, de l’encadrement, ne pourra qu’accentuer la perte d’attractivité du corps, ainsi provoquée.
Cet assèchement que nous dénonçons ressemble à une stratégie délibérée.

La nécessité de rouvrir à court terme le dossier

Les arbitrages ne suffisent pas à répondre à la situation. Il faut assurer l’avenir. Les directeurs des soins et leurs syndicats demandent que le statut soit conforme aux améliorations discutées lors du conseil supérieur, puis que le dossier soit rouvert, au plus tôt, pour permettre, par le dialogue social, les évolutions que tous attendent.
C’est la demande unanime que nous formulons.

Syncass-CFDT
SMPS
Fo Cadres
Collectif Directeurs Ufmict-CGT




Écrire un commentaire